Bol d’or classique : on jette l’éponge pour 2018

Vivre la moto
// 06/08/2018

L’aventure se termine de manière prématurée pour nous cette année. Il faut parfois savoir écouter les signes à ce qu’il parait… Nous nous sommes pourtant battus jusqu’au bout.

Après la casse moteur à Carole, Fred, de Concept Moto, est venu récupérer notre GSX-R malade à Fontainebleau. Il n’a pas compris pas comment cela a pu arriver étant donné que ce moteur est solide et qu’il l’avait soigneusement remonté. Il est aussi frustré que nous.

Au démontage, Fred nous a confirmé ce que Bruno avait déjà constaté, mais pire : 3 soupapes cassées ou tordues, un piston et la culasse. C’est Fred qui a réussi à retrouver les pièces pour remonter le haut moteur. Certaines pièces ont été importées d’Angleterre, pays où la sportive est reine 🙂

Pour préserver le moteur à l’avenir, on a mis des filtres à air K&N. La boite à air maison ne comportait aucun filtre. On a cherché des explications à notre casse moteur. On est restés longtemps dans le brouillard avant que Fred ne découvre au remontage le fautif. Il a constaté qu’un ressort de soupape, au niveau du piston qui a posé problème, n’a pas la même longueur que les autres. Eh oui, une simple histoire de ressort et tout le travail est à refaire. Sûrement encore un coup de l’ancien propriétaire ou de son mécano qui doit être aussi expert que moi en motorisation.

Pendant ce temps-là, impossible de rouler. Je scrute les journées de roulage libre à Carole et je les coche et décoche sur mon agenda. Je suis comme Pénélope, j’attends le retour de mon GSX-R.  Cela devient de plus en plus compliqué pour moi de participer à ce Bol d’Or classique. Le Castelet s’éloigne de ma ligne d’horizon même si Bruno reste confiant. Tout est encore possible.

On commande les peintures pour repeindre les carénages, je cherche un boitier CDI de rechange… Je vous épargne le chemin de croix chez EMC pour récupérer une suspension révisée. Le ressort monté sur notre Suzuki était celui d’une GSX-R 1100, cela expliquait la rigidité de la suspension.

La veille au soir de récupérer la bécane Bruno m’appelle : c’est le drame. Le moteur a de nouveau cassé, cette fois-ci sur le banc d’essai. Fred a redémonté le moteur et c’est le bas moteur qui est HS. Cela sent fichtrement le roussi. On est proches du 19 juillet, date à laquelle le comité de sélection des équipes pour le Bol d’Or Classique se réunit pour choisir les équipes qui participeront à la course. Il y a beaucoup d’inscrits cette année. On en vient à espérer de ne pas être pris.

Bilan mécanique, on est bons pour une bielle. Le vilebrequin a morflé au passage. Bruno démonte en urgence le moteur incomplet de secours que nous avions récupéré lors de l’achat de la bécane.  A notre surprise, on extrait un vilebrequin préparé. Il a été allégé à plusieurs endroit. C’est le vilebrequin qui est devait être monté sur le moteur en place sur le Gex. Je vais me passer de commentaires sur cette découverte mais j’ai une furieuse envie de me faire l’ancien proprio. Bien entendu, on s’aperçoit que l’embrayage est fatigué, la cloche est marquée. Cela a été monté n’importe comment.

Fred nous explique que le bas moteur est fatigué et que s’il n’avait pas cassé sur le banc, cela aurait été au Castelet. Il y du jeu au niveau des bielles.

Entre-temps, le comité du Bol d’Or nous a mis en liste d’attente. On est en 4ème position. On n’a pas été sélectionnés. On est entre soulagement et frustration. Bruno appelle l’organisation pour comprendre les raisons et on obtient le remboursement de nos frais d’inscription. En étant, à 1000 km du circuit Paul Ricard, il est juste impossible pour nous de remplacer une équipe défaillante au pied levé.

L’aventure est-elle finie ? Je ne pense pas. Elle ne fait que commencer. On attend toujours les coussinets de bielles commandés chez SUZUKI afin que je puisse faire le roulage du 17/18 août auquel je suis inscrit. Si tout se passe bien, on essayera de faire une première endurance classique de 4 heures à Croix en Ternois fin septembre. On attend que notre mamie Gex soit sur pied pour s’inscrire. Bol d’or classique, on sera prêts pour 2019 !

Merci aux fournisseurs qui nous ont encouragés dans notre préparation dont notamment Bihr, les huiles Bardahl et Skeed.

Catégories
Vivre la moto