Le retour de la confiance #ZundappMototour

Vivre la moto
// 10/10/2017
départ mototour Limoges

23 heures. Evaux-les-Bains, Creuse profonde. Le premier hôtel est à 30 minutes. Nuit dans la caravane du Veloce Team en pleine nature, ciel d’encre et silence de plomb à peine perturbé par le cliquetis d’outils dans les paddocks.

Les amis, j’ai mal aux cervicales pour tenir cette satanée Zundapp, mais quel plaisir ! J’ai un peu paniqué en début d’étape quand j’ai compris que mon striker débloquait totalement, il clignotait comme un flipper en tilt. Peut-être la chute d’hier, sûrement même. J’ai donc dû naviguer à l’ancienne en calculant mentalement les distances à l’aide du compteur kilométrique, le ciboulot a chauffé, un retour du futur technologique vers un passé simple.

 

paddocks à Evaux les Bains

 

Le départ de Limoges fut assez tardif, 10 heures, ce qui m’a permis de trouver des routes dans un état relativement meilleur que la veille, un peu moins humides. Mais la première spéciale était quand même bien pourrie avec des gravillons. Mon seul objectif était de rallier l’arrivée en bon état, les pénalités ne m’importaient guère, mais j’étais assez satisfait de mon timing quand même.

Mission accomplie donc, me voici à Evaux-les-Bains, alors que de nombreux pronostiqueurs voyaient la Zundapp abandonner dès Limoges. On va bosser dur pour l’amener à Issoire puis Toulon. Demain je tenterai quand même de tenir les horaires même si, très franchement, vu ma cylindrée, cela relève du défi dans le défi. La météo jouera un rôle à coup sûr.

 

arrivée dernière spéciale

 

J’ai profité d’une pause entre deux spéciales pour me faire soigner le genou. La Zundapp est exigeante pour le physique, il faut la tenir cette bête sans suspensions. Je crois que cette journée a été bénéfique pour ma confiance: je tenais bien la route, je relançais, j’entrais dans les virages sans couper les gaz et…je n’ai pas fini dernier ah ah! La bonne humeur générée par ma bécane rejaillit sur mon moral, les paddocks sont enthousiastes quand ils me voient arriver, la Zundapp est un peu la mascotte de ce Mototour.

La bécane demande un suivi attentionné, toujours bien préparer le mélange, nettoyer la moto, resserrer 2 ou 3 écrous un peu malins que je connais. La moto consomme très peu: je viens de faire 324 kilomètres sans mettre une goutte d’essence. Avec mes 13 litres dans le réservoir, je peux tenir un bon 400 bornes, voire davantage. Je découvre de jour en jour cette moto qui a 40 piges!

 

Après l'effort le réconfort!

Après l’effort le réconfort!

 

Ce mardi, une grosse journée nous attend: 400 kilomètres et 6 spéciales autour d’Evaux-les-Bains. La Zundapp tiendra-t-elle le choc? La météo annoncée semble bonne et la solidarité au sein du Mototour est toujours exceptionnelle. Entraide est le maître-mot, on s’échange des pièces et des conseils.

Je vous donne rendez-vous demain, en espérant que la Zundapp sorte vivante de ce programme chargé en Creuse…

PS: vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos amis, ça me ferait vraiment plaisir. Merci 😉

Catégories
Vivre la moto