La Zundapp à poil chez Raspo #ZundappMototour

Vivre la moto
// 19/09/2017
Michel et Zundapp copie

Le Mototour? Il est si proche et si loin à la fois. Le premier défi dans ce grand Défi est déjà de remettre la Zundapp en état. J’ai récupéré une bécane en phase de rénovation « inachevée », et voyez dans ce terme tout ce qu’il faut y voir en terme de complications en série.

cadre et roues Zundapp

Nos exigences pour un rallye routier de 3000 kilomètres, où la moto va être particulièrement mise à l’épreuve, sont différentes de celles d’un collectionneur du dimanche. La Zundapp a 40 piges, il faut la fiabiliser en un temps réduit (euphémisme). Je l’ai achetée il y a 4 semaines. Je l’ai depuis 2 semaines. Je suis dessus depuis une semaine. Je pars dans deux semaines. Les jours sont comptés.

Au moment où j’écris, ma Zundapp pour le Mototour n’est plus qu’un châssis posé dans l’atelier de Pascal Raspolini à Chelles, en Seine-et-Marne. Elle ressemble à une carcasse d’animal dans le désert du Sahara.

Un éclairage de lampe à pétrole

« Raspo » a immédiatement mis le nez dans la partie électrique, fondamentale. Pourquoi? Imaginez l’installation électrique des maisons il y a 40 ans, c’est un peu la même chose sur cette moto qui a le même âge! Elle fonctionne au 6 volts, il faut la passer au 12 volts, ne serait-ce que pour avoir un éclairage digne et non le halo faiblard de lanterne à pétrole qui tremble dans la nuit du modèle d’origine.

partie électrique sous le moteur

La Zundapp produit son propre courant: ni batterie, ni alternateur, c’est en roulant qu’on s’éclaire selon le principe de la dynamo sur un vélo. Plus tu accélères, plus la lumière brille. Le clignotant s’allume 3 secondes après l’avoir déclenché. Passer au 12 volts revient à changer tout le faisceau et « Raspo » s’arrache les cheveux dessus en ce moment même parce que les précédents propriétaires y sont tous allés de leur bricolage « maison » avant nous…

Le fil bleu sur le fil jaune…vous connaissez le film. On trouve du câblage hasardeux partout, on refait les connectiques, on change les cosses, on passe tout en 12 volts. Sur l’ampoule de phare avant il n’y avait pas de veilleuse, on change les régulateurs, on installe un régulateur sur le compte-tours pour éviter qu’il ne grille, on place une centrale aux clignotants, on remplace toutes les ampoules 6 volts par du 12 volts, on l’équipe avec des lampes à LED additionnelles pour rallye, on ajoute une mini-batterie lithium (que je rechargerai tous les soirs) pour alimenter le striker… Un vrai chantier les amis!

moteur hors de son cadre Zundapp

Passons au moteur. Il faut le contrôler de A à Z. Nous allons déjà changer le vilebrequin d’époque parce que je crains qu’il ne tienne pas le coup. Le modèle Racing, garanti jusqu’à 19 000 tours/minute sera parfait. Bonne nouvelle, la partie carburation est bonne, elle avait été refaite à neuf. On n’y touchera pas. Le filtre à air d’origine ressemblait aux poumons d’un fumeur invétéré, on l’a changé. Pour tout vous dire, puisque « Raspo » est à bloc sur l’électrique, on a démonté le moteur pour le confier à l’un de ses potes, Yohann, spécialiste en la matière. Il va l’ouvrir, le disséquer, changer le vilebrequin et le ramener à Pascal qui le remettra sur le cadre.

carburateur Zundapp

Vase et têtards dans les fourches

Par curiosité, j’ai contrôlé l’état des suspensions avant au niveau de la fourche et dès que j’ai enlevé les soufflets de protection des joint spi, l’huile a commencé à couler. Les joints étaient morts. Amen. Mais en démontant les fourreaux de fourche on a aussitôt remarqué que les tubes de fourche sont complètement oxydés, le chrome a rendu l’âme. Amen (bis). Un peu comme dans le sketch d’Elie Semoun: « Là faut tout changer m’sieur Semoule ». L’huile dans la fourche ressemblait à de la vase.

tubes fourches Zundapp

fourches Zundapp

La suspension arrière? D’époque…vous me suivez. On va la changer. La partie freinage…hmmmm, pas si mal à l’arrière, par contre à l’avant le disque avait été chromé… On l’a démonté, rouillé d’un côté, glacé de l’autre. Disque et plaquettes seront remplacés pour un freinage qui, à défaut d’être idéal, aura le mérite d’être en état.

disque de frein Zundapp

Timing serré. Travaux d’Hercule. Objectif: avoir terminé la moto rapidement pour avoir le temps de la rôder au moins 600 bornes avant le Mototour. On prévoit aussi des pièces de rechange « au cas où » sur le Mototour. J’emmènerai une segmentation de secours que j’aurai également rodée.

Je pense rouler avec un mélange d’huile autour de 4%, ça va fumer un peu mais le moteur sera protégé. En vue du rallye, je me suis amusé à essayer de trouver un point de fixation pour le roadbook. On essaie de fabriquer une petite cage autour du compteur pour l’installer avec le striker.  Quand j’ai acheté la moto, je pensais qu’elle était plus propre. Le gars était rassurant: « Vous z’inquiétez pas, ça va le faire! ». Oui bien sûr…après des dizaines d’heures de travaux dessus.

PS: Mention spéciale pour le préparateur Pascal Raspolini, sans qui tout cela ne serait possible.

PS2: Si le défi #ZundappMototour vous passionne, partagez cet article avec vos potes, merci !

Catégories
Vivre la moto

Un commentaire sur “La Zundapp à poil chez Raspo #ZundappMototour

  1. lemag dit :

    4 semaines que tu l’as petit cachotier … ;))
    Bon courage tu vas faire des jaloux avec ta oldie

    bisou