700 KM, LES PADDOCKS ET LE CALME INTERIEUR

Vivre la moto
// 21/07/2017
Dourdou 2.5

Par Michel Das Neves, boss Ixtem Moto

Michel Miniature copie

Je suis arrivé dans le petit village de Saint-Cyprien sur Dourdou vers 17h15. Rien à signaler, le voyage depuis Paris s’est bien passé.

Quelques gouttes par-ci par-là, rien de méchant. Les 80 derniers kilomètres se déroulaient sur routes sinueuses de campagne, j’en ai profité pour mettre du rythme et me chauffer un peu.

Dourdou 2.1

Ah si…une frayeur, deux chiens au milieu de la route et un freinage d’urgence qui m’a permis de constater que ma sacoche de réservoir ne tient pas. Elle s’est décrochée. Les vibrations des petites routes de l’Aveyron risquent de poser problème, je me demande comment la fixer demain.

Dourdou 2.2

Après 700 bornes, j’étais content de prendre un bonne douche fraîche et de m’allonger un peu sur le lit de l’hôtel. Mon hébergement se trouve à une petite vingtaine de kilomètres du départ de la course. J’ai rapidement filé sur les paddocks à Villecomtal où j’ai retrouvé l’ami Cigalou et Michel Bonnot qui m’a dit « Oh, t’as l’air crevé! » (ce que je savais déjà, soit dit en passant).

Je ne me suis pas éternisé. Je n’étais pas en mode « social » à la recherche d’éventuelles connaissances. Envie de rentrer, de me relaxer, et de m’assoir à la table du restaurant qui ne servait que jusqu’à 20 heures.

Etrangement, ce bref trajet retour m’a permis d’avoir mes premières sensations sur la moto. Jusqu’à présent, le feeling n’est pas au rendez-vous, et c’est un euphémisme. Je sentais mieux la moto partir, je prenais du plaisir à la piloter, j’ai réglé les suspensions en mode sport et j’ai accéléré franco, ça passait bien. Un brin de confiance en plus ne fait de mal à personne.

Après un bon dîner, je suis ressorti bricoler la moto. Il fallait refixer le comodo qui sert à manipuler le roadbook. Tout était calme autour. Saint-Cyprien est une bourgade bien de chez nous, avec son église plantée au milieu de vieilles bâtisses, un rythme lent de province où l’on part se coucher avec les premières étoiles.

Dourdou 2.3

J’ai marché les mains dans les poches, amusé de voir des granges avec chauves-souris, des chats paresseux dans la vitrine d’un magasin, la statue blanche d’un Christ pacifique. Je me sentais apaisé, loin du chaos parisien, de l’agitation catalytique du périphérique. Je pense à mon Isabelle, qui aurait dû partager ce moment avec moi.

Dourdou 2.4

Demain, réveil à l’aube. Le rallye du Dourdou commence. Je réponds présent.

LIRE LE BLOG JOUR 1,

Catégories
Vivre la moto