TEST SAC-A-DOS KRIEGA R20

Accessoires moto
// 28/02/2017
Kriega sac à dos R 20

Concernant l’usage des sacs-à-dos en deux roues, vous avez deux écoles : ceux qui refusent catégoriquement d’en utiliser pour des raisons de sécurité en cas de chute, et puis les autres.

J’appartiens à la deuxième catégorie et mon sac-à-dos, c’est un peu mon sac à main si j’étais une femme, je l’ai avec moi tous les jours, quelle que soit mon activité ou mon mode de déplacement.

4437e95f-5172-4a4f-9930-c0d5f74d392c

Jean-Baptiste / Ixtem Moto

Par Jean-Baptiste / Ixtem Moto

Il y a encore quelques mois, j’utilisais un Delsey (donc pas du tout adapté à la moto, normal quand tu bosses dans la moto…) que j’ai usé jusqu’à la corde, littéralement. Le temps était donc venu de trouver un nouveau sac, et tant qu’à faire, quelque chose de plus adapté à mon usage, parce que bon, le Delsey, il est robuste, mais sorti de l’aéroport ou de la ville, il n’est plus trop dans son élément…

ouverture

Après avoir pas mal cherché le produit parfait qui allait me refaire les 10 prochaines années, je commençais à me résigner et à accepter l’idée qu’il allait falloir faire des compromis, et c’est là que j’ai découvert la marque Kriega.

Alors on va se le dire tout de suite, comme ça après on en parle plus, le prix de ces sacs à dos est franchement déconcertant au départ (et pas dans le bon sens du terme hein…). Et puis petit à petit, on comprend qu’on n’est pas en train de choisir un sac parmi d’autres mais ZE sac, celui que tu vas garder très longtemps et qui va t’accompagner absolument partout (et là aussi, pas dans le bon sens du terme).

Dans leur gamme de sacs, j’ai pris le R20 qui fait, comme son nom le laisse deviner, 20 litres, afin de rester sur un volume acceptable pour un usage quotidien. En cas de besoin, je peux profiter de petites sacoches amovibles, les Drypack (5 ou 10 litres sur ce modèle), qui viendront doper temporairement la capacité d’emport du sac (et le prix total aussi…).

dos 1

Globalement, la qualité des matériaux et les finitions sont vraiment de très haut niveau, c’est de bon augure pour la longévité. Sachant que le sac est garanti à vie, je n’ai de toute façon pas trop d’inquiétude sur ce point.

Le truc que j’ai vraiment apprécié sur ce sac (éprouvé en moto, évidemment, mais aussi en montagne), c’est le système de harnais sur la poitrine appelé Quadloc-lite™. Il assure un maintien parfait du sac sur le corps sans entraver les bras et il participe également à la bonne répartition de la charge sur l’ensemble du corps.

Une fois n’est pas coutume, les avis qui vantent généreusement ce système sur le site de la marque sont vraiment fondés : le confort de portage est juste incomparable par rapport à des sacs à dos plus classiques. On retrouve d’ailleurs ce harnais en version 2 points de fixation pour les modèles plus gros (R25, R30 et R35) et après seulement quelques mois d’utilisation, c’est à mon sens le point le plus fort des sacs à dos Kriega.

quadloc-lite Kriega

Le réglage du harnais se fait très facilement pas des sangles qui coulissent correctement (pas comme ces sangles où tu dois tirer comme un âne pour les faire glisser de 2 malheureux millimètres) et qui ont le bon gout de se ranger dans des petites pattes en plastique pour éviter de pendouiller lamentablement le long du corps. La seule sangle qui dénote un peu de ce point de vue, c’est la ventrale, longue et peu pratique comparée à l’excellent harnais. Elle fait malgré tout le job et participe au bon maintien du sac.

Tant qu’on y est, au rayon des choses qui m’ont déçu (et oui, la perfection n’est pas de ce monde), l’ouverture principale du sac-à-dos se fait via un zip avec un simple curseur. J’aurais préféré un double, même si ce dernier aurait évidemment eu un impact négatif sur l’étanchéité du sac, je trouve ça nettement plus pratique pour accéder au contenu du sac (en particulier quand tu veux choper un truc à gauche et que le curseur est à droite !).

Autre conséquence de ce choix d’un simple curseur : les straps des sangles de compression supérieures passant par-dessus la fermeture, j’ai rapidement pris l’habitude de les laisser ouvertes (autrement dit, de ne pas m’en servir). Dans le cas contraire, on passe son temps à les ouvrir/fermer pour pouvoir manipuler correctement l’ouverture principale. Du coup, j’aurais préféré que Kriega réserve ces sangles de compression sur les sacs plus imposants (25 litres et plus) ou leur utilité est indéniable. Là, sur le R20, elles gênent beaucoup et servent finalement rarement.

Hormis ces 2 détails d’ergonomie – sangle ventrale et fermeture principale à un seul curseur – je n’ai pas trouvé grand choses à redire. Encore heureux me direz-vous pour un sac à 6.25€ le litre.

Loin de regretter mon achat, je pense compléter prochainement mon R20 avec la petite pochette format smartphone qui se fixe sur le harnais. Cette adaptabilité au travers des accessoires était aussi une des raisons qui m’ont fait choisir ce sac : cher, atypique, mais définitivement à la hauteur de son prix et sans équivalent.

Voir la fiche produit du sac-à-dos Kriega R20.

PS: vous avez aimé cet article? Partagez avec vos amis, ça compte pour IXTEM MOTO. Merci 😉

Catégories
Accessoires moto