Test gants Gerbing XRS12 manchettes courtes

Equipements motard
// 18/12/2016
gants-gerbing-xrs12-manchettes-courtes
Gants chauffants Gerging XRS 12

Gants chauffants Gerging XRS 12

(Lecture 8 min). Jean-François Léost rejoint l’équipe du blog jerouleamoto.com pour passer au crible les gants chaufffants Gerbing XRS12 manchettes courtes.

Chez Ixtem Moto on tient à la transparence maximale: Jean-François, motard passionné de la région d’Aix-en-Provence, a testé ces gants en condition réelle, en les utilisant au quotidien. Il ne travaille pas dans le monde de la moto, n’a aucun intérêt à défendre une marque plutôt qu’une autre. Bref, il dit ce qui va mais aussi  ce qui ne va pas. On lui cède la parole. Go Jeff !

Première phase : la réception :

Dés réception des gants, je les enfile. Première impression plutôt bonne : Le cuir a l’air de bonne qualité, épais et le textile à l’intérieur est agréable au toucher. L’enfilage l’est un peu moins car la fermeture-éclair intérieure racle un peu sur la main, mais l’enfilage ne dure pas longtemps et on est pas en sucre 😉

imag05091

Deuxième phase, le montage moto :

De ce coté là, c’est assez simple. Inutile d’être un mécano ou un grand bricoleur mais il faut tout de même savoir se servir d’un tournevis sans se perforer un doigt 😉 Il suffit de brancher le fil fourni à sa batterie et de le ramener prêt du pilote. Oui oui le fil…Ces gants-là, ne sont pas sur batterie mais filaires. Un peu moins pratiques au quotidien, ils ont l’avantage de n’être jamais à court d’énergie pour vous réchauffer le doigt quand il y en a vraiment besoin. Par contre, vous ne pourrez pas les utiliser au ski, à moins de prendre une batterie sous le bras 😉

imag0511  imag0512   imag0513

Troisième phase, le montage blouson :

imag0514Si vous vous servez de ces gants tous les jours, comme moi, ou du moins régulièrement , je vous conseille de faire passer le fil entre le blouson et la doublure. Ainsi il ne vous gênera pas lorsque vous mettez ou enlevez votre blouson.

Le fil pour le blouson est un genre de grand Y allant du boitier interrupteur , descendant dans chacune des manches pour arriver aux poignets. Il est cependant dommage que Gerbing ait prévu un Y symétrique, car quelque soit la façon doit j’ai voulu faire passer mes fils, y’a toujours un côté qui a une course plus longue que l’autre. Bon, heureusement la longueur de fils est largement suffisante pour mon blouson de taille XL (j’ai même un rab d’une quinzaine de centimètres)

imag0516Pour ma part, j’ai choisi de faire sortir le fil sur le coté gauche et non devant. Devant aurait été plus pratique pour manipuler l’interrupteur, mais j’ai pensé qu’il pouvait aussi me gêner, se retrouvant entre mon corps et le réservoir sur ma BMW K1300S. J’aurais même  presque pu appuyer sur l’interrupteur par erreur s’il avait été fortement compressé. En le mettant sur le côté gauche, rien ne le touche. J’arrive même à le manipuler en roulant et en regardant dans mon rétro la couleur du témoin.
imag0517imag0521

Quatrième phase, parlons de la chauffe :

« Mais pourquoi diable a t-il envie d’admirer l’interrupteur de ses gants pendant qu’il roule? », vous demanderez vous. En voiture il vous arrive bien de modifier la température du chauffage pendant votre trajet en fonction du temps et de votre ressenti ? Ben… en moto c’est pareil.

Ces gants Gerbing ont le gros atout d’avoir plusieurs positions de chauffe : bleu, vert, et si vous débloquez les niveaux supérieurs orange et rouge. D’où l’utilité de pouvoir jeter un œil sur le témoin sans trop quitter la route des yeux pour savoir sur quelle position on est.

imag0525  imag0526  imag0527  imag0528

Pour chauffer, ils chauffent les Gerbing XRS 12. Je vous déconseille de mettre la position rouge si vous rouler à 10°. Ça devient même désagréable. Il faut moduler la chauffe en fonction du contexte extérieur et du ressenti (qui n’est pas toujours le même à température égale) pour que le confort reste identique et agréable.

Cinquième phase, mettre les gants :

Ce n’est pas sur ce point que ces gants sont les meilleurs, avec mon usage quotidien. Comme de nombreux gants d’hiver, ils sont pas très souples et épais. Trop épais…Je ne sens même plus les interrupteurs sous mon pouce. Je fais le geste machinalement et je regarde les changements sur mon tableau de bords : pas pratique pour mettre les clignoteurs par exemple…

Personnellement, j’aurais espéré qu’avec la bonne puissance de chauffe que ces gants peuvent exprimer, le cuir soit moins épais, plus souple. Son manque de protection contre le froid aurait été contre-balancé par le système de chauffe. En gros, les avantages de mes gants demi-saison mais avec la chauffe pour passer les températures basses hivernales.

Avec les Gerbing XRS 12, je n’ai même pas besoin de les allumer au dessus des 4/5° et ici dans le sud (je vous vois déjà sourire 😉 ) je n’ai activé les positions orange et rouge que pour le test. Jusqu’à -3° j’ai roulé en position verte (2°)

Au delà du côté épais, les manchettes courtes ne sont pas pratiques à mettre sur le blouson. Je suis droitier. J’y arrive à peu près sur le gant de la main gauche mais sur la main droite pas vraiment. Plusieurs fois, je suis parti sans avoir la manchette sur le blouson car je n’avais pas le temps de passer de longues minutes à la positionner correctement.

D’autant plus qu’un jour sur deux, je passe à la pompe à essence (oui je roule …). Autant avec les gants demi-saison, je fais tout mon plein avec les gants. Autant là, avec ces gants hiver épais, je suis obligé d’en enlever un. et donc rebelote pour le remettre…

Idem pour pendre l’autoroute : attraper le ticket, ouvrir la poche du blouson ou du bagster, mettre le ticket, refermer. Pas pratique avec ces gros gants. Oui, je sais, je vous voir venir : « Ben il a qu’à prendre un télépéage ce boulet »…Oui mais pour le test c’était moins réaliste ;-);-);-);-)

Ah au fait, avant d’avoir enfilé les gants, il faut avoir pensé à les brancher…sinooonnnn…ben on re-enlève le gant, on récupère le fil du gant, le fil de la manche et on les branches, puis on glisse les deux fils dans la manche…après s’être fait avoir une fois ou deux au début, l’automatisme vient … :-):-)

Dernière phase, le test en réel :

Maintenant qu’on a fait le montage, qu’on sait se servir de l’interrupteur et qu’on a mis ses gants (branchés 😉 ), on va pouvoir passer aux choses concrètes.

Mon test a commencé par une belle journée 🙂 de pluie :-(, comme on en a dans le sud : ça tombe pas longtemps mais beaucoup. J’ai découvert de suite les manchettes courtes. Ah ca, pour être courtes, elles sont courtes 🙂 Très difficiles de les faire monter sur le blouson. Et puis, par temps de pluie, avec les doigts mouillés, c’est pire. Sans parler du tissu interne qui a tendance à poisser sur la peau moite.

Au bout de quelques kilomètres, je sens bien que j’ai les doigts mouillés. A l’arrivée, il me suffit d’enlever les gants, de les incliner vers en bas, pour avoir une petit flaque d’eau par terre et si je les presse je dois récupérer un demi verre d’eau.. Je pense que les manchettes courtes ont fait entonnoir et m’ont rempli les gants. Les gants ont mis presque trois jours à sécher sans être branchés, prêts (mais pas trop non plus)  d’un chauffage à la maison.

Pour les autres jours du test, j’ai pas eu froid aux doigts. En fonction de la température de départ, je règle la chauffe de mes gants et quand la température variait, je modifiais la chauffe de mes gants.

En conclusion :

Mon avis est qu’en usage quotidien où il faut du « efficace » et « pratique », ces gants ne sont pas les plus adaptés.
Par contre si vous roulez pour de longues balades, par grand froid en évitant la pluie, ces gants peuvent être de bons alliés pour combattre les températures négatives (réelles ou ressenties)

Points positifs :

  • La chauffe et les 4 positions de chauffe
  • le confort de la main par temps sec

Points négatifs :

  • Gants trop épais (comme nombreux gants d’hiver)
  • Manchettes courtes peu pratiques
  • Etancheité

 

PS: vous avez aimé cet article? Partagez-le avec des amis qui pourraient être intéressés, ça compte pour IXTEM MOTO. Merci 😉

Catégories
Equipements motard