3 choses à faire (et ne pas faire) le jour du permis moto

Vivre la moto
// 13/12/2016
examen-permis-moto

Sylvain Mayet est un enseignant spécialisé dans les stages. Son centre de formation Adhérence est situé à deux pas du célèbre circuit Bugatti au Mans (Sarthe). Il prépare au quotidien des élèves en vue du jour de l’examen. Nous lui avons demandé ce qu’il faut absolument faire mais aussi éviter de faire le jour du permis. Voici ses réponses.

3 CHOSES A FAIRE

1) Se préparer bien à l’avance

Il est important d’avoir ses affaires prêtes la veille de l’examen, ses papiers etc…il faut que tout soit déjà prêt pour ne pas paniquer le matin avant de partir en cherchant quelque chose. Il faut bien avoir bossé ses fiches, être prêt dans sa tête en se disant: « c’est bon, je n’ai plus qu’à travailler ma technique, tout le reste est maîtrisé.

Nombre d’élèves considèrent les fiches comme annexes, marginales, sans trop d’importance pendant la formation. Erreur. Ils arrivent ensuite à l’examen en disant: ah, mince, je n’ai pas pensé aux fiches, je ne les ai pas travaillées… En les prenant à la légère ils pensent qu’ils vont rattraper le coup à la conduite mais se font ramasser quand même.

2) Faire se que l’on sait faire (pas plus)

Il faut faire exactement ce que l’on a appris et ne pas chercher à le faire différemment ce jour-là. Souvent, les élèves ont tendance à vouloir faire les choses mieux, à vouloir « impressionner l’inspecteur », mais en réalité il faut bien se garder de ces changements improvisés à la dernière minute. Il faut garder en tête ce que l’on a appris en cours et le répéter avec exactitude. Chercher à faire ce que l’on a appris, mais pas plus.

examen-permis-moto-1

3) Se parler (et chanter!) le jour de l’examen

C’est un conseil que je donne à mes élèves pour qu’ils aient confiance. Parlez-vous pendant l’examen. Il ne faut pas oublier qu’on est seul dans son casque, personne ne nous entend et le fait de se parler permet de se concentrer sur l’instant présent, sur ce que l’on doit faire tout de suite, pour éviter à l’esprit de s’éparpiller en pensant déjà à l’exercice qui va arriver dans 40 secondes…il  est préférable de penser à l’exercice qui arrive dans 3 secondes. Donc le fait de se parler permet vraiment de se concentrer sur l’objectif instantané et de ne pas se disperser en pensant à l’inspecteur, à la ligne, au freinage, au demi-tour…alors qu’on n’y est pas encore.

J’ai même des élèves qui chantent. Sur le parcours lent il y a un certain temps à respecter et j’ai des élèves qui ont du mal à savoir s’ils sont dans le bon timing, alors ils chantent une chanson pour se concentrer sur l’exercice tout en sachant, grâce à la chanson, où ils en sont dans le temps puisqu’ils en connaissent la durée exacte.

examen-permis-moto-2

3 CHOSES A NE PAS FAIRE

1) Ne pas écouter les copains qui paniquent à côté

Je l’avais déjà évoqué dans l’article sur l’apprentissage des femmes. Il y a un risque « d’effet domino » le jour de l’examen. Si l’un des élèves est en panique et raconte qu’il ne maîtrise pas ses fiches, qu’il va se planter etc…c’est une catastrophe pour le groupe. Il faut donc s’isoler et rester dans sa bulle.

2) Ne pas se focaliser sur l’inspecteur

Beaucoup de gens arrivent à l’examen en se disant: « l’inspecteur va être sévère, il va être ci, il va être ça… » Il faut oublier l’inspecteur, il n’existe pas, il n’est pas là. Le rôle de l’inspecteur n’est pas de nous exploser à l’examen, mais de savoir si, en 3 minutes chrono, il va lâcher quelqu’un sur la route pour le reste de sa vie. Les élèves ont du mal à se mettre ça dans la tête.

3) Ne pas se mettre trop la pression

Avec mes élèves j’accentue le côté positif de l’apprentissage plutôt que les interdits, mais attention: c’est très bien de se donner des objectifs de réussite, néanmoins n’exagérez pas avec la pression que vous mettez sur vos épaules. On a des élèves qui se mettent une pression énorme: « Je dois réussir mon permis, parce que sinon c’est la honte, je veux l’avoir à tout prix… ». L’excès de pression de réussite aboutit exactement à l’effet contraire. Il faut prendre le permis moto pour un loisir, un moment de détente. Et tout se passera bien!

PS: vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos ami(e)s qui pourraient être intéressé(e)s eux aussi, ça compte pour IXTEM MOTO. Merci 😉

Catégories
Vivre la moto

5 commentaires sur “3 choses à faire (et ne pas faire) le jour du permis moto

  1. Mannigel dit :

    Bonjour ,
    Je viens de lire votre article et j’aimerais savoir si vous pouviez me donner un conseil; voilà 3 semaines que je viens de passer pour la 2eme fois mon plateau et je l’ai raté pour malheureusement 2 des raisons que vous avez évoquées dans votre article , j’ai au fond de moi l’envie de l’avoir et de ne pas abandonner , mais mon 2eme loupé ma bcp affecté car en cours et à l’échauffement tout passe bien et le jour J je suis comme tétanisé . Je prend des cachets aux plantes contre le stress , je sais que je finirai par le décrocher mon plateau mais je suis rongé par la peur , auriez quelques conseils à me donner pour mieux retrouver confiance en moi ?
    Merci d’avance pour votre réponse

    1. Newrocks dit :

      Cc Mannigel , j’étais comme toi le jour J , et je peux dire merci à mon moniteur , il a vu mon état et m’a attrapé par les épaules et m’a dit Stop , regarde moi , et respire à fond et soufle à fond pendant 30 sec , ce que j’ai fait méthodiquement à chaque montée d’angoisse, ça a permis de réduire mon stress et j’ai eu mon plateau du 1er coup et c’était po gagné au départ. Forza .ça va bien se passer ^^

  2. ADHERENCE dit :

    Il n’y a pas de solution miracle c’est un phénomène très fréquent chez mes élèves.
    N’oublie pas que ce n’est que du loisir et du plaisir tu joues pas ta vie dans ce permis!!
    Après certains élèves partent en 125 pendant 6 mois cela permet d’acquérir plus d’expérience et du coup de confiance en ses capacités. Bon courage hésite pas à mettre un post quand tu auras le sésame!!!

    1. Roadtrippeur dit :

      Mannigel, j’ai été dans le même cas que toi et à 15 ans d’intervalle pour le permis B puis A. Dans les deux cas, une heure avant, tout va bien, puis 10 minutes avant, une angoisse tétanisante avec dans l’estomac comme si t’avais avalé une boule de pétanque. Il y a pas de formule magique pour lutter contre, malgré les bons conseils de ce billet et ailleurs. Ca se passe entre toi… et toi. Juste une chose : on oublie très vite cette galère tant le plaisir retiré après est grand. Courage.

  3. DE PAOLI dit :

    super je pense que ce que vous faites c est bien