La tenue moto anti-abrasions idéale

Equipements motard
// 01/11/2016
équipement moto anti-chute

Tout va très vite. Tout se joue en une fraction de seconde. Ma chute sur le Mototour, quelques kilomètres après le départ du Puy-enVelay, taraude toujours ma mémoire. Froid, brouillard, vitesse 50 km/h, la courbe du virage qui s’amorce, l’erreur de trajectoire, l’impact, le choc.

La chance de me relever à l’instant même, sans chercher à comprendre j’enfourchais ma bécane pour repartir. Pas un bleu, pas une égratignure. Si le facteur chance est incontrôlable, bien se protéger est en revanche un paramètre décisif et à la portée de tous.

J’avais déjà consacré un post à ma chute sur le circuit Carole à Tremblay-en-France où j’illustrais en photos la résistance de ma tenue à l’époque. Je souhaite aujourd’hui aborder point par point les éléments qui m’ont efficacement protégé des abrasions et brûlures sur le Mototour et m’arrêter sur les nouveautés techniques.

1 – Le casque

Sur toutes mes chutes, la tête à frappé le sol. Sans aucune exception. A chaque fois que j’ai changé mon casque, c’était après une chute, jamais en raison de l’usure. Certaines marques ont des standards de qualité supérieurs aux autres, telles que Shoei ou Arai. Sur le Mototour je portais un HJC – une marque en devenir mais pas encore au firmament – qui a très bien supporté le choc. Le casque a frotté mais n’a pas bougé et je n’ai rien senti.

2 – Les gants

Sur le Moto Tour j’ai chuté sur le côté, mes mains ont été relativement épargnées. Par contre, sur le circuit Carole, j’avais été projeté en avant, et les gants s’étaient révélés décisifs. Le réflexe naturel de protection, c’est tendre les bras. Les gants sont un élément essentiel de la sécurité du motard (voir les modèles que je portais ci-dessous dans le pack pilote)

A partir du 20 novembre, la loi (décret n°2016-1232) imposera le port de gants homologués à moto. Ils seront obligatoires comme le casque. En cas de non-respect, un point sera retiré au permis.

3 – La combi cuir

J’en portais une sur le Mototour. En termes de protection, c’est le summum sur route. Le cuir offre la meilleure résistance à l’abrasion. J’ai testé plusieurs types de textile. Sur ma veste Klim on trouve du Cordura, très résistant certes, mais je reste de l’avis qu’en cas de roulade et de glissade sur l’asphalte, le cuir reste la meilleure protection. Je portais une combinaison Bering devenue une deuxième peau, confortable au quotidien et résistante le jour de la gamelle.

Ma tenue sur le Moto Tour. Etape en Auvergne.

4 – Le gilet air-bag

A l’intérieur des vestes il faut des protections. Epaule et coude, mais aussi dorsale. Quand on fait de la compétition sur piste ou lors d’un rallye routier la dorsale est d’ailleurs obligatoire.

Sur le Mototour j’étais aussi équipé d’un gilet air-bag Helite Turtle noir. Comme beaucoup je suis assez réticent à l’idée de mettre 500€ dans un article de ce genre, néanmoins je lui dois mon intégrité physique puisqu’il s’est instantanément déclenché lors de la chute. Il se gonfle devant mais aussi derrière, protégeant ainsi les cervicales. J’avais complètement oublié que je le portais. Je m’en suis rendu compte en me relevant parce que ses boudins me comprimaient un peu plus.

Il fonctionne avec un cable attaché à la moto, un peu comme sur un jet-ski. Dès qu’on est désarçonné, le cable se tend et actionne la bonbonne de gaz qui le gonfle.

Je me suis relevé tout de suite après la chute pour remonter sur la KTM, je n’ai pas eu de douleurs, je n’avais mal nulle part, rien du tout. C’est très rare sur un crash de trois-quarts à cette vitesse. J’ai tapé au niveau du bassin, mais la combinaison Bering m’a bien protégé grâce à ses rembourrages sur les hanches, absorbés dans la doublure.

5 – Sous-combinaison

Je portais sur le Mototour une sous-combinaison Skeed. Sa propriété est de résister à la montée en température, donc à l’abrasion. Elle évite les brûlures. Cette année, la majorité des pilotes du Bol d’Or en portaient une.

J’ai été positivement surpris de voir que le tissus ne prenait pas l’odeur de la transpiration et que la combinaison cuir devenait plus facile à enfiler.

6 – Jambes

Elles ont longtemps été les grandes oubliées de la protection, en particulier parce que le pantalon moto n’avait pas un look à proprement dire sexy. Ces dernières années on commence à voir de vrais jeans moto en kevlar qui résistent correctement et se rapprochent de la qualité du cuir.

Se protéger correctement les jambes, c’est éviter les immanquables « pizzas » en cas de chute.

7 – Bottes

Là encore des progrès manifestes ont été faits esthétiquement. La botte permet de protéger cheville et tibia, mais aussi le pied qui, grâce à la rigidité de la chaussure ne se retournera pas en cas de chute ou si l’on doit poser le pied au sol en cas d’urgence (traumatismes au talon fréquents).

Pendant le Moto Tour, pendant les longues étapes, il m’arrivait pour détendre mes jambes de les tendre devant pour m’étirer. Un jour j’ai pris une aspérité qui m’a envoyé une onde de choc terrible. Si j’avais été en basket, je me serais sûrement cassé l’ongle ou carrément l’orteil.

Aujourd’hui il existe sur le marché des baskets moto homologuées ou des bottes de ville qui offrent à la fois look et protection. Le prix, autour de 150€, peut paraître élevé, mais si on le compare avec les tarifs de chaussures un peu à la mode, la différence n’est pas substantielle.

Il est d’ailleurs regrettable que les scootéristes, qui pensent que leur vitesse plus modeste ne le mérite pas, ne se protègent pas davantage. Les statistiques montrent la récurrence des accidents urbains.

Conclusion.

Sur le Moto Tour j’étais très bien protégé parce que j’étais en compétition. Mais je crois qu’il faudrait l’être en permanence: au quotidien pour aller bosser ou pour une sortie entre potes, avec seulement un look un peu plus « fashion ».

Il est consternant de voir que des gars roulent encore en chemisette et jean classique, voire en short avec une paire de tongs comme je le vois sur le Périphérique parisien en été.

La bonne nouvelle c’est que le motard français semble prendre davantage conscience de la nécessité de se protéger d’après les statistiques du marché.

Quand j’ai chuté sur le Mototour, la combinaison anti-abrasion Skeed et le gilet air-bag d’Helite ont été un vrai plus. Ce ne sont pas des gadgets mais de vrais investissements pour améliorer sa sécurité.

Mon pack pilote sur le Mototour:

– Casque : Casque HJC Rpha ST
– Tour de cou : Tour de cou
– Combinaison : Combinaison Bering Supra-R
Gants : je pars avec au mini 2 paires de gants
Gants racing Five RFX1
Gants racing Bering VX1 Evo
– Sacoche de cuisse : Sacoche de cuisse HPA SOOPERTROOPER
– Bottes : Bottes Alpinestars SMX Plus Gore-Tex
– Dans la main droite : Trousse de secours RFX Waterproof XL expedition
– Dans le dos : Dorsale Forcefield PRO L2K EVO
– Sous combinaison : sous-combinaison Skeed
– J’emporte aussi un ensemble de pluie : veste et pantalon
– Un coupe vent Gore-tex :
Un sous maillot thermique pour les départs matinaux

PS: vous avez aimé cet article? Partagez-le avec vos potes motards, ça compte pour nous! Merci 😉

Catégories
Equipements motard