Voyage au bout de la nuit

Vivre la moto
// 04/10/2016
Aube Cévennes Mototour

22 heures de moto. De nuit. Je suis cassé, le squelette broyé, les cervicales en vrac comme si j’avais tourné dans le tambour d’une machine à laver. L’étape comptait 877 kilomètres exactement, j’en ai parcouru 800. Le PC course commençait à s’inquiéter, on a communiqué sur notre position pour les rassurer. Je dis « on » pour vous rappeler que c’est en groupe que j’ai sillonné le sud de la France: la « Bande des Katoches » est restée solidaire dans l’adversité jusqu’au bout.

On a pris une pénalité, mais peu importe, elle n’égratigne pas le bonheur et l’ivresse de ce « ride » incroyable sur des routes qui ressemblaient à des chemins pour les ânes ou les chèvres. Y maintenir une moyenne de 30 km/h était déjà un challenge, croyez-moi.

Des boucles et des boucles, entre des nids de poule et des plaques de gravillons, dans les Cévennes et l’Aveyron, l’obscurité, le froid, les troupeaux de moutons en transhumance et les vaches qui nous regardaient filer avec le regard indifférent qu’elles réservent aux trains.

Unis comme des frères!

Unis comme des frères!

4 motards couchés sur le parking d’un Carrefour Market

Quand j’ai quitté Toulon, mon lecteur de roadbook est tombé en panne ! Plus de lumière, impossible de faire défiler les feuilles. La galère. J’ai donc suivi mes potes de la Bande des 4 qui ouvraient la route. Notre faisceau de lumière crevait la nuit épaisse.

On était complémentaires. L’un avait un phare qui éclairait le sol plutôt que la route, l’autre avait un phare trop faible, moi j’éclairais bien. C’est la technique du ban de sardines, elles se collent les unes aux autres pour se défendre. Nous aussi, en restant groupés on se sauvait les uns les autres.

Il y a Jean-André, 55 ans, avec qui je partage la chambre d’hôtel chaque soir, puis Yves, un quarantenaire comme moi, et François, 61 ans bien portés. Tous sur KTM. On ne se quitte plus. Ils m’ont attendu et cherché une demi-heure au petit matin dans une version deux roues de « Sauvez le soldat Michel ». Ma moto est lourde. J’ai du mal à la manœuvrer : sur un demi-tour, suite à une erreur de parcours, je les avais perdus. Un bel état d’esprit, le chacun pour soi devient le « Tous pour un » des mousquetaires d’Alexandre Dumas. C’est ça aussi la moto.

Vers 3 heures du matin, nos yeux se fermaient, on n’y arrivait plus. On a garé nos motos sur le parking d’un Carrefour Market et on s’est couchés par terre en combinaison, sans autre confort. Surréaliste. Quatre motards couchés, emportés par l’irrésistible force du sommeil. Quinze minutes de repos, un « power nap », qui nous a remis d’aplomb pour la suite. On est remontés sur nos machines les yeux lourds, mais déterminés.

Le soleil vient de se lever, encore une belle journée...

Le soleil vient de se lever, encore une belle journée…

L’émerveillement du lever de soleil dans les Cévennes

L’image qui me reste de ce voyage au bout de la nuit, c’est l’aube dans les Cévennes, le soleil rond et rouge qui décolle derrière les collines et inonde de lumière rose la campagne. Claude Lévi-Strauss a parlé magnifiquement du coucher de soleil dans Tristes Tropiques, le lever mérite tout autant.

Une nuit à manger des barres aux céréales, jusqu’au moment où notre corps les refusait. Plus assez de salive pour les mastiquer. On a cherché des sandwiches dans l’épicerie d’un village. Du pain dur à se casser les dents…

J’écris ces quelques lignes sur un lit superposé d’un hôtel Formule 1 avec mon pote Jean-André qui rêvasse en-dessous. Au moment où vous les lirez, je serai déjà en course mardi. Plus de 1000 kilomètres derrière moi, et beaucoup d’autres encore devant.

Lire l’article précédent: « La bande des 4 Katoches file vers Boulazac »

Lire l’article suivant: « Ce matin j’ai lâché le bol de café… »

Catégories
Vivre la moto

Un commentaire sur “Voyage au bout de la nuit

  1. Isa dit :

    Magnifique aventure, dommage que vous n’ayez pas pu profiter plus des paysages qui devaient être beaux voire surréalistes de nuit. Et bravo pour votre esprit d’équipe, c’est justement dans l’adversité qu’on retrouve cet élan de solidarité.
    J’espère que vous avez réussi à vous reposer. Bonne chance pour l’étape d’aujourd’hui!