Comment j’ai préparé ma katoche pour le Mototour ?

Vivre la moto
// 21/09/2016
KTM 990 adventure ready to race_a_la_une

Vu que c’est mon premier rallye routier je n’avais aucune idée de comment je devais m’y prendre pour préparer la moto. J’ai donc commencé à me renseigner sur le matériel de base nécessaire pour me lancer dans l’aventure. La 1ère réaction de mes camarades de jeu a été de me faire remarquer qu’un « tank » ou un « taxi » n’était pas idéal pour ce type de compétition 🙂 J’ai bien entendu fait la sourde oreille. Un trail cela sait tout faire, surtout une KTM. Vous sentez le gars hyper objectif sur ce coup là.

Donc l’équipement de base pour un rallye moto ça donne quoi ?

– Un roadbook électrique de préférence avec les leds pour les passages de nuit et la petite télécommande au guidon qui va bien

Un Tripmaster pour mesurer la distance parcourue, ta moyenne et pleins d’autres informations qui te donne l’impression de piloter un engin de course.

– Des feux additionnels pour les spéciales de nuit ou les départs nocturnes. Il faut dire que la KTM 990 Adventure n’éclaire pas bien d’origine.

Après, je me suis penché sur les principaux défauts de la moto pour ce type d’épreuve hormis le poids du bestiau 🙂

La fourche avant et le réglage des suspensions. J’ai confié ça à Pascal de Raspo Concept Garage qui m’a changé l’huile de fourche avant et fait tous les réglages. La moto venait de passer les 30 000 km et il était temps de le faire. Je conseille de le faire en général entre 25 et 30 000 km. Il a opté pour des joints spys NOK. J’en profite pour remercier Pascal qui m’a ouvert les portes de son atelier. J’étais comme un enfant dans un magasin de jouets. Cela m’a permis de toujours avoir le bon outil sous la main pour bricoler et de bénéficier du savoir-faire du maitre en terme de préparation moto. Je vous conseille de visiter son site juste pour le plaisir des yeux.

La KTM dans l’atelier de Pascal

La moto chez Raspo Custom Garage

– Le freinage : comme vous le savez déjà, j’ai opté pour un maître cylindre Brembo PR19 et contrairement à ce que l’on m’a dit chez Brembo, lu sur les forums ou sur les pages facebook, cela fonctionne du tonnerre.

L’embrayage : j’ai changé dans le récepteur le piston d’origine qui montrait des signes de faiblesse évidents et je l’ai remplacé par un adaptable de Sigutech.com avec 2 joints à la place d’un en sortie d’usine. Je remercie encore la personne qui m’a filé ce tuyau car mon embrayage est redevenu souple et précis.

Pour les pneus, j’ai remis des Continental Trail Attack 2 dont j’étais pleinement satisfait.

Au niveau équipement, j’ai ajouté une sacoche de réservoir SW-Motech Drybag 130 que j’ai mis à l’arrière sur la selle pour remplacer mon Top Case. Par contre, j’ai essayé de monter des sacoches pare-carters de la même marque et j’avoue que j’ai abandonné, la forme de mes pare-carters n’est pas compatible avec les sacoches. Ça reste instable, donc j’ai préféré laisser tomber.

1) L’installation du Roadbook

Il fallait que le roadbook soit à hauteur des yeux pour éviter de baisser la tête pour consulter les instructions. Après maintes réflexions, j’ai opté pour un berceau de la marque F2R adapté à mon roadbook et j’ai fixé l’ensemble à mon guidon en utilisant des bras Ram Mount et des boules de type C pour supporter le poids de l’ensemble. J’ai dû percer le berceau pour venir fixer un support carré Ram Mount avec une boule.

Berceau support Road F2R et base carrée Ram Mount avec boule C

Berceau support F2R pour roadbook

Base carré Ram mount

 

J’ai ensuite installé un support Ram Mount au centre du guidon que j’ai combiné avec un bras articulé court et moyen, le tout en boule C. Entre les 2 bras, j’ai mis un adaptateur avec 2 boules C.

2) L’installation de mon compteur Trailtech Strike

J’ai pu venir installer mon « tripmaster »  sur le berceau F2R. J’ai opté pour le Trailtech Striker. Le plus dur a été ensuite de faire la connectique. Le câble compteur n’était pas adapté à ma moto malgré que cela soit la référence pour KTM. On a dû percer le support du disque avant pour installer l’aimant de lecture des tours de roue. On a collé l’aimant dans la petite cavité percée dans le support du disque.

On a aussi refait le câble d’alimentation qui était bien entendu trop court. La batterie de la  moto est dans le sabot et surtout le fil d’alimentation était trop fin.

J’ai installé mes télécommandes pour manipuler le Roadbook et le Striker à gauche à portée de main afin que cela soit le plus instinctif possible à défaut d’être maitrisé 🙂

 

Le résultat final de l’installation

RoadBook et striker installé sur la KTM 990 AdventureLes télécommandes Roadbook striker

 

Au niveau des feux additionnels, j’ai complété mes excellents feux 10W anti-brouillard de chez Y&T par un longue portée de 36 W.

Pour respecter le règlement du Mototour on a dû les coupler aux feux de route.

Par contre, je me suis planté en beauté sur le montage du feu longue portée qu’initialement j’avais installé au-dessus du garde-boue. Je n’avais pas tenu compte que lors des freinages appuyés ou quand je passais sur les dos d’âne, le feu venait buter sur le garde-boue. Résultat : un garde de boue de rayé et une patte de fixation pliée. J’ai alors opté pour une installation sur le pare-carter du côté droit pour dégager la route. J’ai utilisé les fixations universelles de phare sur tube de Sw-Motech.

Feux additionnels KTM 990 Adventure

 

3)L’amélioration du freinage

Tous les utilisateurs de la KTM 990 adventure savent qu’elle freine mollement. Après en avoir discuté avec Pascal, le boss de Raspo Custom Garage, on a opté pour un maître-cylindre Brembo PR19 en conservant les étriers d’origine à 2 pistons pour éviter de devoir changer les jantes ou créer une patte de déport. On a remplacé les plaquettes par des versions racing. Au niveau adaptation, cela a été simple: on a dû décaler avec une cale les pare-mains pour glisser le maître-cylindre et installer un support de rétroviseur car celui d’origine est sur le maître-cylindre.

On a juste eu une petite frayeur au moment de purger les freins car on a cru que cela était couplé avec l’arrière mais au final ce n’était pas le cas. Le feeling au freinage est maintenant top. Le levier reste progressif et maitrisable. Je crois que je ne pourrais pas revenir en arrière. Il faudra le tester en Tout Terrain mais sur route c’est excellent.

On en a profité pour freiner les poignées avec du fil à freiner en inox.

Le maître-cylindre Brembo installé

Maitre-cylindre Brembo PR19 sur KTM 990 adventure

 

4) Le piston du récepteur d’embrayage

Certains me diront kesako que cette bête là ? En photo cela donne ça :

J’ai ouvert le récepteur, fait un grand ménage (c’était plein de boue), retiré le piston KTM qui était en piteux état avec son joint en décomposition. Pour remettre le nouveau, Pascal a dû intervenir pour rectifier l’usinage du piston de Sigutech qui était un poil juste.

Conclusion :

Cela m’a pris 3 jours pour réaliser la préparation de la moto. Je suis un peu lent mais il faut déjà 2 heures pour mettre à nu la KTM avant de commencer à bricoler. J’en ai profité pour faire la vidange, nettoyer les filtres et changer tous les fluides. Ce que je retiens  de la préparation, c’est qu’il a fallu adapter toutes les pièces et accessoires. Rien n’est plug and play. Encore merci à mon ami le magicien, Pascal de Raspo Custom Garage.

Je vous glisse une dernière petite photo de la moto ready to race 🙂

KTM 990 adventure ready to race_PM

 

 

 

 

 

Catégories
Vivre la moto