Les gants moto d’hiver

Equipements motard
// 29/10/2010

Les gants moto d’hiver sont un premier niveau de lutte contre le froid. Vous en trouverez à tous les prix. Comment faire son choix ? Si vous faites des petits parcours en ville en moto ou en scooter, vous pouvez opter pour des gants d’entrée ou de milieu de gamme. Par contre, si comme moi, vous prenez l’autoroute pour aller bosser, il est indispensable d’acheter des gants moto d’hiver de qualité.

Pour bien choisir sa paire de gants, il est intéressant de comprendre sa construction. Un gant d’hiver se compose de 4 couches :

  1. La matière extérieure
  2. La membrane
  3. Un isolant thermique
  4. Une doublure interne

La matière  extérieure :  On y trouve des matières techniques des plus variées : du nylon plus ou moins épais au cuir. En textile, on appréciera un produit avec du Softshell pour une meilleure aisance de mouvement. Le cuir est une matière plus noble et plus résistante à l’abrasion que le textile. Un mélange de cuir et de textile est donc un compromis intéressant. Dans les cuirs, on préférera le cuir de chèvre au cuir de vache. En effet, le cuir de chèvre offre plus de souplesse. Pour la sécurité, une paume en cuir est quasi indispensable. Dans des gants à vocation racing, des renforts en Kevlar sont un plus. On trouve aussi des renforts en Shoeller® Keprotec® au niveau des paumes ou des doigts. Cela offre un plus en terme de résistance à l’abrasion.

La membrane : la membrane est l’élément qui rend les gants étanches et respirant. La technologie a bien progressé et il y a des dizaines de membranes différentes sur le marché. La plus efficace et la plus connue est le Gore-Tex®. On trouve néanmoins de très bonne autre membrane. On peut citer : l’Hipora®, le Solto tex®, le Bw Tech® (développé par Bering), le Polymax®…

L’isolant thermique : C’est l’élément crucial dans la lutte contre le froid. La matière la plus chaude est le PrimaLoft®. Elle vous apportera du confort et une bonne protection thermique. Par contre, en fonction de la quantité utilisée, cela a tendance a rendre le gant plus épais. On peut retrouver d’autres matières isolantes efficaces : Thinsulate®, Polaire, Polartec®, Dexfill®… Pour renforcer la protection contre le froid, certains fabricants rajoutent des inserts alu sur le bout des doigts. Des coutures non apparentes sur le bon des doigts sont un plus.

La doublure interne : la qualité de la doublure interne améliore le confort et l’enfilage du gant.

Astuces supplémentaires :

– Il est intéressant d’avoir un peu de vide au bout des doigts. Cela rajoute une isolation thermique supplémentaire. Contrairement, à un gant d’été, un gant d’hiver ne doit pas être trop près de la main.

– On peut mettre des sous-gants soie ou en Anti-freeze / Coldkiller pour gagner quelques degrés supplémentaires. Les sous-gants Anti-freeze ou en Coldkiller possèdent une membrane coupe vent qui permettra de ralentir le refroidissement de la main.

En fonction de la sensibilité de chacun et du kilométrage parcouru, une paire de gants d’hiver, même de qualité, avouera ses limites dés que les températures approchent les O°C. Dans mon cas, 20 km d’autoroute par 2 ou 3C° suffisent à avoir raison de moi…

Vous trouverez ci-dessous un petit tableau réalisé par Bering sur les températures ressenties en fonction de la vitesse du vent Vs la température réelle :

C’est pour cela que je vous propose dans les prochains posts d’explorer les autres solutions existantes pour lutter contre le froid :

  • Poignées chauffantes
  • Manchons
  • Gants moto chauffant
  • Manchons chauffant BoxHeat de Bagster
Catégories
Equipements motard